Parachute a pris part à la Semaine nationale de prévention des empoisonnements, du 21 au 27 mars 2021, pour sensibiliser le public à la prévention des empoisonnements involontaires.

Cette campagne nationale annuelle de sensibilisation aux empoisonnements attire l’attention sur les causes des empoisonnements involontaires et sur les moyens de les prévenir. En 2021, nous avons avons mis en avant le thème : #VérifiezLesPoisons.

Chaque année, 4000 Canadiens perdent la vie pour cause d’empoisonnement. Les décès annuels par empoisonnement involontaire ont maintenant dépassé les décès liés au transport au Canada. Avec tant de produits potentiellement toxiques, comme les produits ménagers, médicaments ou produits à base de cannabis dans les foyers canadiens, il est important de savoir comment les entreposer de façon sécuritaire.

Connaître les causes des empoisonnements involontaires

Les médicaments, les nettoyants, les produits de soin personnel, les fournitures automobiles, les pesticides et même certaines plantes peuvent être toxiques s’ils sont ingérés ou mal utilisés. Ces dernières années, de nouveaux problèmes d’empoisonnement, dont les parents et les soignants doivent être informés, ont fait leur apparition.

Cannabis

  • Les produits comestibles à base de cannabis ressemblent souvent à des collations classiques (gâteaux, bonbons). Un jeune enfant peut être incapable de les distinguer.
  • Les produits comestibles issus du cannabis peuvent avoir un effet plus fort et prolongé sur l’organisme. L’ingestion de cannabis est la cause la plus fréquente d’empoisonnement par le cannabis chez les enfants.

Cigarettes électroniques

  • Les recharges liquides de nicotine pour cigarettes électroniques sont proposées à la vente avec des goûts et saveurs qui peuvent être attirants pour les enfants. La nicotine peut être dangereuse pour un enfant, qu’il la mette à la bouche, l’avale ou s’en renverse sur la peau.

Désinfectants pour les mains et eau de Javel

  • La pandémie de COVID-19 a considérablement accru les habitudes de lavage et de désinfection des mains. Le nombre d’appels aux centres antipoison concernant les désinfectants pour mains, eau de Javel et produits antiseptiques a significativement augmenté en 2020 comparativement à 2019.

Capsules de détergent à lessive

  • Les capsules de détergent à lessive transparentes et multicolores peuvent ressembler à des bonbons ou à des jouets pour les enfants. Elles peuvent être dangereuses en cas d’ingestion ou de projection dans les yeux.

Conseils pour conserver les produits toxiques en toute sécurité et prévenir les empoisonnements involontaires

  • Conservez tous les produits potentiellement toxiques verrouillés en hauteur, hors de vue et hors de portée des enfants.
  • Conservez les produits dans leurs emballages d’origine à l’épreuve des enfants. Les emballages à l’épreuve des enfants se sont avérés réduire les blessures et les décès relatifs aux empoisonnements.
  • Gardez les médicaments, les détergents et autres produits dans leurs contenants d’origine avec la bonne étiquette pour vous assurer d’avoir le mode d’emploi, d’éviter les confusions entre deux produits et d’avoir la composition exacte du produit en cas de nécessité d’appel à un centre antipoison.
  • Évitez de mélanger les détergents ensemble. Cela pourrait causer des réactions chimiques dont pourraient émaner des gaz dangereux.
  • Évitez de consommer des produits à base de cannabis ou d’utiliser la cigarette électronique en présence d’enfants. Les enfants veulent souvent imiter ce que leurs parents ou ceux qui les gardent font.

40 % des parents canadiens seulement indiquent connaître les ressources locales antipoison. N’oubliez pas de conserver le numéro de téléphone du centre antipoison local dans votre téléphone cellulaire ou dans un endroit visible, comme sur le réfrigérateur.

En cas d’empoisonnement accidentel, contactez votre centre antipoison local. En cas de perte de conscience ou de difficulté à respirer, appelez le 911.

Ce programme est réalisé grâce à une contribution financière de Santé Canada; les opinions qui y sont exprimées ne représentent pas nécessairement celles de Santé Canada.