Qu’est-ce qu’une commotion cérébrale ?

La campagne de sensibilisation de Parachute « CheckForConcussion »
avec les athlètes canadiens Scott Moir,
Marie-Philip Poulin, Cindy Ouellet et Steve Podborski.

Une commotion est une blessure au cerveau qui ne peut pas être détectée par des rayons X, un tomodensitogramme ou une IRM. Elle affecte la façon de penser et la mémoire et peut causer divers symptômes. Tout coup porté à la tête, au visage ou au cou, ou tout coup porté au corps, qui cause une soudaine secousse à la tête, peut causer une commotion.

Les signes et les symptômes d’une commotion cérébrale

Graphic of someone showing physical symptoms

Physique

  • Mal de tête
  • Pression sur la tête
  • Étourdissements 
  • Nausées ou vomissements 
  • Vision brouillée 
  • Sensibilité à la lumière ou au bruit
  • Tintement dans les oreilles 
  • Problèmes d’équilibre 
  • Fatigue ou manque d’énergie 
  • Somnolence 
  • « Je ne me sens pas bien »
 cognitive symptoms graphic

Cognitif

  • Pensée confuse 
  • Sensation d’être au ralenti
  • Sensation d’être « dans le brouillard » 
  • Problèmes de concentration 
  • Problèmes de mémoire
emotional symptoms graphic

Émotionnel

  • Irritabilité accrue 
  • Tristesse 
  • Nervosité ou anxiété 
  • Émotivité accrue 
sleep related symptoms graphic

Sommeil

  • Sommeil plus long ou plus court que d’habitude
  • Difficulté à s’endormir 

Que faire si vous soupçonnez une commotion cérébrale ?

En cas de soupçon de commotion cérébrale, la personne devrait immédiatement arrêter son activité. Continuer augmente le risque de souffrir de symptômes de commotion plus sévères et plus durables, ainsi que celui de subir d’autres blessures.

Toute personne susceptible d’être victime d’une commotion cérébrale doit être examinée par un médecin.

Signaux d’alarme

  • Cou douloureux ou sensible
  • Vision double
  • Faiblesse ou fourmillement dans les bras ou les jambes
  • Maux de tête sévères ou s’intensifiant
  • Crise d’épilepsie ou convulsions
  • Perte de conscience
  • Détérioration de l’état de conscience
  • Vomissements à répétition
  • Agitation ou agressivité
  • Confusion croissante

Si l’un de ces signaux d’alarme apparait, appelez une ambulance immédiatement. Ces signes peuvent annoncer une blessure plus grave.

Traitement d’une commotion cérébrale

On recommande généralement une courte période de repos, puis la reprise progressive des activités sous la supervision d’un professionnel médical. En fonction des symptômes et de leur évolution, les soins pour une commotion cérébrale peuvent inclure divers traitements et une équipe de professionnels de santé.

Variation du temps de guérison

Les signes et symptômes de commotion se dissipent souvent après une à quatre semaines, mais ils peuvent durer plus longtemps. Dans certains cas, le rétablissement peut prendre des semaines voire des mois. Si une personne a déjà souffert d’une commotion cérébrale, il se peut que la guérison soit plus lente.

Prévention des commotions cérébrales

La meilleure façon de prévenir les commotions cérébrales est de prévenir les incidents qui provoquent ces commotions, tels que les chutes ou les collisions impliquant des véhicules à moteur.

La prévention des commotions cérébrales dans le sport et les loisirs inclut :

  • Respecter et suivre les règles du sport ou de l’activité, en particulier les règles destinées à réduire les impacts à la tête
  • Porter l’équipement correctement ajusté, tel que les bonnes chaussures pour prévenir les chutes
  • S’entrainer, pratiquer et jouer de façon appropriée en fonction de votre niveau
  • Développer et appliquer des politiques et règles dans le sport pour prévenir les blessures, comme l’âge minimum de mise en échec au hockey. Selon les recherches actuelles, ce genre de politiques est le moyen le plus efficace de prévenir les commotions cérébrales liées à la pratique sportive.

Les casques sont un élément important de l’équipement de protection pour de nombreux sports et activités. Ils peuvent prévenir les blessures graves à la tête. Cependant, il n’est pas prouvé que les casques préviennent les commotions cérébrales.

Les tests pré-saison obligatoires non recommandés

Les tests pré-saison consistent à l’utilisation, chez un athlète, de certains outils d’évaluation d’une commotion cérébrale avant la participation à un sport – généralement avant le début d’une saison sportive – afin d’obtenir des mesures de base ou antérieures aux blessures. En cas de soupçon de commotion cérébrale, l’évaluation est faite à nouveau et on effectue un comparatif de ces mesures prises après la blessure et des mesures de base. Ces évaluations visent à cerner les différences cognitives d’un athlète avant et après la blessure. Le test pré-saison ne fait pas référence à un outil ou à un test précis mais peut renvoyer à plusieurs formes d’évaluation, notamment les tests informatisés, les tests papier-crayon et les tests de performance sportive.

Les tests pré-saison ne sont pas requis pour les soins dispensés aux jeunes athlètes chez qui on suspecte une commotion cérébrale ou diagnostiqués souffrant d’une commotion cérébrale. Au lieu d’utiliser les ressources des tests pré-saison, les organisations sportives sont encouragées à élaborer leurs propres protocoles pour reconnaître une commotion cérébrale, à retirer un joueur en cas de soupçon de commotion cérébrale, à s’assurer qu’il ait un diagnostic médical et à le soutenir dans le retour à l’école et au sport en toute sécurité.